Les matériaux biosourcés pour la construction

Les matériaux biosourcés sont de plus en plus utilisés en construction pour faire face à l’urgence climatique qui secoue le monde. Ces derniers possèdent de nombreux atouts considérables et leur impact sur le bilan carbone des bâtiments s’avère effectif dès la construction. La massification de l’usage des matériaux de construction de type « biosourcé » représente ainsi un enjeu majeur de la transition écologique.

Notion de matériaux biosourcés

Les produits biosourcés sont issus de la biomasse et composés partiellement ou entièrement de ressources d’origine végétale ou animale. Toutefois, il n’y a pas une indication fixe sur le pourcentage minimum de matière végétale ou animale que doit contenir un produit avant d’être qualifié de biosourcé.

La production

Les producteurs de matériaux biosourcés peuvent depuis 2017 préciser et valoriser la quantité de matière biosourcée contenue dans leurs produits. Ces matériaux sont produits à partir des ressources renouvelables retrouvées dans de nombreux secteurs. Il s’agit par exemple de la laine de bois et du bois d’oeuvre qui sont utilisés en sylviculture.

Le chanvre, la paille et le miscanthus produits dans le secteur agricole sont aussi concernés. Pour ce qui est du domaine du recyclage, vous pouvez utiliser l’ouate de cellulose ou le coton recyclé.

Les matériaux biosourcés pour la construction

L’application des matériaux biosourcés en construction

Dans le domaine de la construction, les emplois des matériaux biosourcés sont multiples et variés. Pour la structure par exemple, il est possible d’utiliser le bois ou la botte de paille. En ce qui concerne les isolants, la laine de mouton, le bois ou le chanvre, la paille, le coton recyclé et l’ouate de cellulose peuvent être aussi employés.

Lire aussi :   L'exploitation responsable des forêts pour le bois

De son côté, le béton de chanvre garde une bonne côte pour l’application des enduits et mortiers. D’autres matériaux de revêtement et d’aménagement intérieur ou extérieur d’origine biosourcée ont également une grande utilité en construction. Il peut s’agir des matériaux composites ou des éléments acoustiques.

Les avantages des matériaux biosourcés

Les matériaux biosourcés participent au confort et à la qualité de l’air au sein des concessions. Ils possèdent une qualité intrinsèque qui facilite leur usage dans les bâtiments. De même, ils favorisent l’absorption acoustique, la régulation hygrothermique, l’inertie et le confort thermique en été comme en hiver.

Leur impact sur l’environnement

Les matériaux biosourcés sont fabriqués avec des matières premières renouvelables. Leur utilisation dans la construction permet de limiter l’emploi des matériaux fabriqués à partir des combustibles fossiles et de ressources minérales à forte tension. Qualifiés de « puits de carbone », ces derniers permettent aussi de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et de réduire les trajets d’approvisionnement.

En fin de vie, ces matériaux biodégradables participent aussi à une meilleure gestion des déchets dans le secteur du bâtiment. Nécessitant très peu de transformation, ils sont également moins dépendants des énergies.

Leur impact dans le secteur territorial

Les matériaux biosourcés favorisent la valorisation des co-produits. En effet, les bioressources utilisées dans le bâtiment sont essentiellement des co-produits issus des cultures existantes. Ils présentent un impact territorial positif puisque chaque région possède ses propres ressources adaptées à son climat et à son sol.

Cet état de choses favorise le développement des filières économiques locales, la dynamisation des territoires, la création et la valorisation d’emplois locaux. En outre, les matériaux biossourcés sont agréables à manier et présentent peu de dangers pour l’homme que ce soit à la transformation ou pendant la mise en oeuvre.

Lire aussi :   Rénovation intérieure : comment savoir le bon ordre pour les travaux ?

L’emploi des matériaux biosourcés dans les marchés de travaux

Suite au recensement des produits biosourcés sur le marché, une identification des publics cibles a été effectuée afin d’accroître les rendements. Des consignes ont été également données pour une utilisation efficace desdits matériaux.

Le chanvre

La récolte de cette plante résistante aux parasites se fait à maturité par une culture battue ou non battue. Un processus de transformation réalisé dans une unité de défibrage est essentiel pour valoriser l’ensemble de la plante. Facile à cultiver et apprécié pour sa contribution à la phytorémédiation des sols, le chanvre est utilisé en construction en forme de fibre et de chènevotte. 

La paille

Les pailles de blé, d’orge, de riz, de triticale et de seigle sont les plus utilisées en construction, en fonction des régions. Issue de la culture des céréales, la paille est pressée dans le champ sous forme de ballot. Elle participe au confort dans le bâtiment grâce à ses performances thermiques et hygrométriques. Sa résistance à la compression permet son utilisation en murs porteurs.