Le plan de relance 2020-2022 en faveur du biosourcing

Le recours aux matériaux qui sont favorables pour l’environnement est une initiative cruciale pour aider la nature. Le biosourcing se fait ainsi une place de plus en plus présente dans le monde de la construction. Le plan de relance 2020-2022 est une des initiatives prises qui viennent favoriser cette mesure.

L’attention portée sur le biosourcing hors-bois

Quand on parle de biosourcing, on va principalement songer au bois. En revanche, on peut citer bien d’autres alternatives qui sont dans cet esprit en particulier. Une grande variété de fibres végétales peut être utilisée pour la fabrication d’un matériau biosourcé. Parmi ceux-ci, il y a la paille, le chanvre, ou encore l’ouate de cellulose. Différents matériaux qui rentrent cette catégorie peuvent tenir un rôle clé dans le domaine de la construction.

L’utilisation de ces matériaux peut se faire à condition que le produit final respecte les normes en place pour l’habitat. Ces dernières concernent notamment les performances qui portent sur le plan de l’énergie. Il faut que les matériaux biosourcés dont ont fait usage pour la maison puissent bien retenir la chaleur. Les autres critères incluent une bonne résistance à l’humidité, et de bonnes capacités d’isolation phoniques. Il tient à vous de choisir l’alternative qui convient au mieux pour le besoin immédiat.

Une favorisation de l’usage de la terre crue

La terre crue est un matériau de base utilisé pour la construction principalement sur au niveau régional. C’est une des meilleures solutions biosourcées pour ce qui est de la mise sur pied d’une maison. En revanche, cette pratique n’est pas encore bien établie dans le monde de la construction. Les raisons en sont variables, comme une certaine méconnaissance des différentes techniques et pratiques pour l’utilisation de ce matériau.

Lire aussi :   La place actuelle du biosourcing en France

Des mesures sont prises pour éviter que ce soit bien moins le cas. Parmi cela, on peut évoquer la mise sur pied d’un ensemble de bonnes pratiques à adopter. Les esprits se penchent également sur les optimisations qu’on peut faire dans ce secteur. En effet, l’utilisation de la terre crue pour la construction ne répond pas toujours aux exigences existantes, notamment pour les assurances. Les premiers pas faits via le plan de relance 2020-2022 sont déjà un bon début vers une adoption plus massive de ce matériau.

Plusieurs décrets bénéfiques au biosourcing

Des mesures diverses sur le plan réglementaire ont été initiées ou renforcée dans le cadre d’une favorisation du biosourcing. Il est ainsi fait en sorte de concilier au mieux l’usage des matériaux biosourcés avec la loi n° 2015-992 datant du 17 août 2015. Celle-ci porte principalement sur la question des performances énergétiques des bâtiments. Ensuite, le décret n° 2016-856 datant du 28 juin 2016 ainsi que l’arrêté du 12 octobre 2016 instaurent des bonus de constructibilité.

Les constructeurs ou les particuliers qui font construire leur maison peuvent bénéficier de cela en se pliant aux conditions exigées. La loi Elan va quant à elle porter son attention sur une utilisation plus fréquente du bois dans la construction en général. Cela va se faire par le biais d’une favorisation des maisons préfabriquées. Enfin, le plan de relance 2020-2022 a aussi permet à un label Bâtiment Biosourcé de voir le jour.

Les travaux publics vont prioriser les matériaux biosourcés

L’Etat est amené à effectuer une certaine quantité de travaux au cours de l’année. Il s’agit des différents travaux publics en vue de mettre sur pied des installations comme les routes, ponts, et autres. Pour faire cela dans le plus grand respect de la nature, l’utilisation des matériaux biosourcés pour les constructions publiques va être mieux encouragée. L’une des actions en ce sens est la constitution d’un guide qui vulgarise au mieux les informations essentielles sur les matériaux biosourcés.

Lire aussi :   L'exploitation responsable des forêts pour le bois

Les bonnes pratiques que les acheteurs publics peuvent adopter pour les constructions sont également indiquées. Le manque d’informations utiles et pertinentes sur le biosourcing a en effet été longtemps un des freins à son adoption massive. Les acheteurs publics se sont également peu penchés sur ces matériaux spécifiques. Leur souci repose sur la question du respect des règles instaurées pour l’ensemble des commandes publiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.